home-fr, Voyages

La vanille, l’or noir de Madagascar

Madagascar, the land of black gold

Chaque année, Madagascar fournit plus des deux tiers de la production mondiale de vanille, une épice aux saveurs inégalées et toujours aussi prisée au fil du temps. Pleins feux sur une île lointaine aux paysages aussi variés qu’enchanteurs, qui promet la découverte de mille et un trésors inattendus.

Tout sur la vanille

 

Tout au long de l’année, on déguste de la vanille dans des glaces, des crèmes, des pâtisseries, des thés… sans se rendre forcément compte qu’il s’agit d’un véritable trésor, dont la rareté fait de plus en plus la préciosité.

 

Mais sait-on vraiment d’où elle provient ? La vanille est le fruit d’une plante grimpante de la famille des orchidées (la seule cultivée pour un autre motif que l’ornement), communément appelée vanillier. Celui-ci produit des gousses, qui se présentent sous la forme de bâtonnets de couleur foncée et renferment une pulpe contenant de petits grains noirs. Les gousses de vanille subissent après leur récolte plusieurs étapes de transformation longues et délicates avant de pouvoir être utilisées en cuisine (environ un an plus tard), ce qui en fait une épice recherchée.

 

La variété la plus convoitée est la vanille Bourbon de Madagascar : elle le doit à son arôme unique et à la qualité de son affinage. Le saviez-vous ? Née au Mexique, la vanille fut ensuite importée sur l’île de La Réunion, alors baptisée île Bourbon, avant d’être implantée à Madagascar. L’appellation « Bourbon » fut créée au début des années 60 pour différencier des autres la vanille produite dans l’océan Indien : à Madagascar, aux Comores, à Mayotte, à l’île Maurice et à La Réunion. Aujourd’hui, Madagascar fournit chaque année plus de deux tiers de la production mondiale de vanille.

 

La capitale mondiale de la vanille est la région malgache de SAVA (qui tient son nom de ses quatre villes principales, Sambava, Antalaha, Vohemar et Andapa), qui s’étend sur environ 25 000 km². Magnifique, elle réunit presque toutes les forêts primaires de l’île (environ 70%). On y cultive aussi d’autres cultures, telles que des fruits (noix de coco, mangues et ananas notamment) et d’autres épices, comme les girofles.

 

De nombreux autres attraits

 

Les paysages de Madagascar, l’une des plus grandes îles du monde, valent le voyage à eux seuls. Leur variété est impressionnante ! De nombreux parcs et réserves naturels abritent une faune et une flore incroyables, parmi lesquels deux véritables emblèmes : les lémuriens, que l’on ne trouve que sur cette île, et les majestueux baobabs. Non loin de Tananarive, la capitale malgache aux rues animées et aux marchés colorés, une station thermale est perchée à 1500 m d’altitude, entourée de trois superbes lacs. Sur les côtes, rivalisent eaux turquoise, longues plages de sable blanc et forêts denses à la biodiversité exceptionnelle. Enfin à ne pas manquer, le désert de sable dont la couleur donne à l’île l’un de ses surnoms, l’Île Rouge.

La gastronomie malgache pour sa part, ne laissera personne indifférent. Basée sur des plats généreux entre terre et mer composés de produits frais locaux – riz, légumes, viande ou encore poisson -, le tout agrémenté de nombreuses épices, elle est à la fois authentique et conviviale.

Pour la petite histoire, lors de son dernier classement des destinations touristiques les plus heureuses (« The Joy Index, ranking of the happiest destinations 2017 », en partenariat avec Bank of America), Condé Nast Traveler a placé Madagascar en 4ème position, en expliquant : « Madagascar est souvent décrit comme le huitième continent. La plus grande île de l’océan Indien a rompu avec l’Afrique il y a 165 millions d’années et, à ce jour, c’est un mélange de cultures inaltérées dans une combinaison de paysages d’un autre monde. Faites votre choix : déserts, baobabs, forêts tropicales et 3 000 miles de côtes turquoise ».

Alors, conquis ? Prêt à partir à la découverte de cette île aux merveilles ?