home-fr, Voyages

Le Transsibérien : un chemin de fer mythique

train

Vos yeux brillent à la seule évocation de destinations de légende ? Alors les lignes qui suivent ne devraient pas vous laisser indifférent. Imaginez-vous, confortablement installé, le regard plongeant sur les superbes paysages qui défilent à travers la vitre, vous vous laissez bercer par le ronronnement caractéristique du train mythique dans lequel vous avez pris place… bienvenue sur le Transsibérien.

 

Moscou-Vladivostok ou Saint-Pétersbourg-Pékin ?

 

Commençons par une petite précision qui a toutefois son importance : le mot Transsibérien ne désigne pas le nom du train, mais celui de la voie ferrée transcontinentale russe, sur laquelle circulent différents convois. Le saviez-vous ? Elle est la plus longue au monde et mesure près de 9 300 kilomètres, traversant la Russie d’est en ouest. Le Transsibérien représente ainsi une destination à part entière, qui offre un voyage à travers l’espace, mais aussi à travers le temps, puisqu’il parcourt sept fuseaux horaires, tout en desservant pas moins de 990 gares. Déconnexion totale assurée !

 

Au choix : différents trains et conforts, et une multitude d’escales possibles. Trains réguliers et trains spéciaux se partagent la ligne, tous organisés en couchettes, étant donnée la longueur des trajets. Les premiers sont majoritairement empruntés par des Russes – ce qui permet de davantage s’imprégner de la culture locale – tandis que les seconds sont plus touristiques. Dans les trains russes, chaque voiture est placée sous la responsabilité d’une figure emblématique, la provodnitsa, garante du bon ordre et de l’entretien, et compte un samovar distribuant de l’eau chaude en permanence. Dans les trains affrétés, la décoration est souvent très soignée et typique : votre compartiment ressemblera presque à une mini-chambre d’hôtel.

 

Le départ de la ligne se situe à Moscou, mais il est parfaitement possible de démarrer par une petite visite de Saint-Pétersbourg, superbe berceau de Kusmi Tea, quelques jours auparavant. De la même manière, nombreux sont les voyageurs qui choisissent de bifurquer en route direction Pékin – sans aller jusqu’à Vladivostok – afin de profiter de cet incroyable périple pour visiter la capitale chinoise et sa campagne environnante. Deux options cornéliennes : traverser la Mongolie (c’est alors le Transmongolien qui prend le relai) ou la contourner par l’est pour passer par la Mandchourie (à bord du Transmandchourien, vous l’aurez deviné).

 

Des étapes-clefs pour un trajet sur mesure

 

Quoi qu’il en soit, les paysages que vous croiserez vous laisseront bouche bée, car ils sont uniques. Des centaines de kilomètres de forêts de pins et de bouleaux, de steppes, de déserts, de campagnes verdoyantes…  de nature si authentique que l’on pourrait penser que l’homme n’a jamais foulé ces contrées. Sur certains tronçons, pas une voiture, pas un panneau ! Voici quelques suggestions d’étapes phares, avec en point d’orgue le célèbre Lac Baïkal, à ne manquer sous aucun prétexte.

 

Ekaterinbourg, située aux portes des montagnes de l’Oural, frontière entre l’Europe et l’Asie, regorge de sites culturels et historiques et notamment de monuments érigés en l’honneur du Tsar Nicolas II. Irkousk, capitale de la Sibérie orientale, et Oulan-Oudé, principal centre bouddhiste de Russie, permettent tous deux de rejoindre le Lac Baïkal, plus grand lac d’eau douce au monde, né il y a 25 millions d’années et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, qui présente une incroyable diversité de paysages. Entre Oulan-Bator, la capitale de la Mongolie, et Pékin et la Grande Muraille, le Transmongolien traverse allégrement l’étonnant désert de Gobi sous les yeux ébahis de ses voyageurs.

 

Enfin, la vie à l’intérieur des trains représente une expérience inoubliable à part entière. Ces parenthèses en huis-clos, ces rencontres fortuites, la découverte d’autres cultures, d’autres mœurs, d’autres langues, d’une nouvelle manière de s’organiser, d’appréhender le temps… Tout ce qui fait qu’après avoir expérimenté le Transsibérien, on revient métamorphosé ! Alors, vous le prenez quand votre billet ?