home-fr, Inspirations

Tout savoir sur le French Cancan

A la simple évocation des mots « French Cancan », des étoiles plein les yeux, les touristes étrangers comme français imaginent instantanément un joyeux spectacle associant danse et musique, plumes géantes et jupons à volants. Mais d’où vient réellement le cancan ? A l’occasion de la sortie du tout dernier thé signé Kusmi Tea, French Cancan, nous vous proposons de partir à la découverte de cet univers féerique.

 

La naissance du Cancan

Nous sommes au début du 19ème siècle. Lors des bals, qu’ils soient publics ou privés, les danses exécutées sont très codifiées : pas question de modifier les enchaînements du très populaire quadrille par exemple, qui se danse en couple. Pourtant vers le milieu du siècle, un vent de rébellion donne aux messieurs l’idée de se permettre un court temps d’improvisation en solo : c’est le « chahut », également appelé « coin-coin » ou « Cancan », en référence au dandinement des canards. Puis, quelques femmes parmi les plus audacieuses se lancent à leur tour. D’abord décriées, car elles lèvent haut leurs jambes en dévoilant leurs dessous, elles finissement par véritablement créer une mode. Une célèbre danseuse des nuits parisiennes, Céleste Mogador, en imagine vers 1850 une nouvelle version, dansée en rang, sur une musique endiablée : ce sont les premiers pas du Cancan.

 

De la danse rebelle à la revue strass et paillettes

Cet esprit de liberté à la parisienne, emblématique de la Belle Epoque, séduit et inspire de nombreux pays. C’est ainsi qu’à Londres, le producteur Charles Morton décide de présenter cette nouvelle danse venue de l’Hexagone sous la forme d’un ballet, en le baptisant French Cancan. Le succès est immédiat ! Cette danse gaie – durant laquelle on rit et on crie -, la souplesse et l’équilibre des danseuses, les costumes affriolants à frous-frous colorés et décolletés pigeonnants, les airs entraînants d’Offenbach… tout est réuni pour plaire au public ! Une joie communicative que l’on n’arrête plus et qui entraîne l’ouverture des premiers cabarets artistiques parisiens, au pied de la Butte Montmartre, ainsi que les premières écoles de Cancan.

 

Cabarets mythiques

Ce sont Les Folies Bergères et Le Moulin Rouge qui ouvrent la danse en proposant des soirées faisant la part belle au cancan. Au fil du temps, d’autres les rejoignent : Le Paradis Latin, Le Crazy Horse ou encore Le Lido à Paris mais aussi d’autres prestigieux établissements dans toute la France, créent de magnifiques revues très complètes, composées de nombreux tableaux de danse, parmi lesquels celui du désormais légendaire French Cancan. Intéressons-nous de plus près au Moulin Rouge, célèbre dans le monde entier ! Fondé en 1889, il enchante le public dès son ouverture, avec son immense piste de danse, son décor extravagant et ses artistes qui subliment l’art du cancan. Puis il devient tour à tour temple de l’opérette, du music-hall – avec l’inoubliable Mistinguett – et des dîners-spectacles. Aujourd’hui encore, il enchaîne les revues, plus éblouissantes les unes que les autres. Le saviez-vous ? Tous les spectacles du Moulin Rouge portent un nom commençant par la lettre F : Frou-frou, Frisson, Frénésie, Fascination, Formidable, Féerie… Une jolie manière de perpétuer la tradition.

 

Si vous n’êtes pas encore allé admirer un spectacle de French Cancan, c’est le moment ! Vous en ressortiez probablement ébloui par tant d’allégresse, de rythme, de joie de vivre, de plumes, de strass et de paillettes.