Le thé

Connaissez-vous le Pu Erh ?

Pu erh

Si l’on devait décrire le Pu Erh en quelques mots seulement, on pourrait dire de lui que c’est un grand thé. Unique en son genre, il représente à la fois un incontournable classique pour les connaisseurs et une découverte passionnante pour tous les amateurs de nouvelles expériences gustatives. Voici l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur ce thé pas comme les autres.

 

Un thé « sombre » d’origine chinoise

Le Pu Erh est un thé ancestral originaire de la province du Yunnan, en Chine. Il doit d’ailleurs son appellation à la ville éponyme de Pu’er (pour en savoir plus sur le Yunnan, direction notre article dédié > ici <).

A l’époque de l’ancienne route du thé où cheminaient les fameuses caravanes de chevaux et de yacks, les producteurs du Yunnan compressait le Pu Erh sous forme de galettes (également appelées « nids d’oiseau ») ou de briques afin de le transporter plus facilement vers le Tibet. Il servait alors également de monnaie d’échange.

 

Bien qu’il provienne de la même plante que la majorité des autres thés, le camelia sinensis, le Pu Erh est issu de variétés de théiers aux feuilles particulièrement grandes. Sa marque de fabrique ? Un processus de fermentation très particulier, exclusivement réservé aux thés dits « sombres », dont il fait partie. En effet, à la différence des thés verts (non-fermentés) et des thés noirs (totalement fermentés), les thés sombres sont post-fermentés. Ce qui signifie qu’ils subissent un long phénomène naturel de fermentation, obtenu par sudation des feuilles : celles-ci sont étalées, humidifiées puis recouverte d’une bâche. C’est la chaleur ambiante (comme dans une serre) qui vient très progressivement sécher le thé et le fermenter.

 

Léger mais intense

Le mode de séchage spécifique du Pu Erh, s’il élimine la plus grande partie de ses enzymes, a également la particularité de diminuer fortement son taux de caféine, ce qui offre un réel avantage : la possibilité de le déguster en toute sérénité tout au long de la journée, et même jusque tard dans la soirée. Autre caractéristique étonnante : à l’instar du vin, le Pu Erh se bonifie avec le temps, à condition d’être soigneusement stocké dans un endroit très humide. Il peut ainsi être conservé durant plusieurs années – jusqu’à quelques dizaines pour certains -, il prend alors de la valeur et n’en est que meilleur au goût ! Une particularité qui en fait un thé rare, précieux et prisé.

Le Pu Erh offre en bouche une texture ronde et épaisse. Il associe des notes intenses de sous-bois, presque terreuses, à d’autres accents plus doux, proches du champignon. Sa liqueur offre une couleur très foncée, avec quelques reflets rouges.

Réputé pour ses vertus digestives, le Pu Erh serait antioxydant et permettrait de purifier l’organisme, notamment en accélérant la combustion des graisses, selon de très anciennes croyances populaires. Alors puisqu’il contient peu de théine, ne nous privons pas de le savourer aussi en fin de repas !