home-fr, Inspirations

Besoin d’une digital detox ?

digitaldetox

Pour commencer l’année de bon pied, nous avons rencontré Coco Brac de la Perrière, auteure, expert en déconnexion et reconnexion, instructeur mindfulness. Elle nous a livré en exclusivité ses meilleurs conseils pour réussir sa digital detox.

 

Comment savoir si j’en ai besoin ? 

 

D’abord prendre conscience de sa relation au digital, c’est essentiel !

Comme dit Coco Brac de la Perrière dans son livre « Tout est sérieux mais rien n’est grave », votre vie mesure environ 13cm de long et 6cm de large ?

Ne paniquez pas ! Comme 73% des français en 2017, vous avez un smartphone, vous êtes connectés à internet, donc vous êtes potentiellement soit « Nomophobique », un être 2.0 atteint de la phobie du « No Mobile-Phone »  ou un être atteint par le FOMO (Fear of Missing Out) – la peur de manquer l’info… de rater une seule info, un seul mail ou une seule notification de vos « amis », ceux des réseaux sociaux.

Pour évaluer votre addiction ou dépendanceprenez d’abord conscience du temps passé devant votre ordinateur, votre télé ou votre portable et celui passé avec des gens, des vrais gens.

Et cela donne quoi pour vous ?

 

Oulala c’est grave Docteur ? 

 

Sans être totalement addict, les conséquences de cette « hyperconnexion » sur notre santé ne sont pas neutres : moins de relationnel, perte de sommeil, baisse de la concentration, manque de recul, plus de stress… Et concrètement des douleurs au dos, des problèmes de vue due à la lumière bleue et un isolement connecté progressif et insidieux… Sans parler de ce qui se passe dans le monde du travail.

 

Et au bureau…

 

Petit à petit, il est devenu usuel de considérer que les collaborateurs ne doivent pas seulement répondre rapidement durant leurs heures de travail, mais en permanence. C’est de là d’où vient le « blurring », une porosité entre vie privée et vie professionnelle.

Les risques psychosociaux engendrés étant réels, une disponibilité 24h/24 des collaborateurs ne saurait devenir une norme, sous peine d’une détérioration du climat de travail.

Cette dictature du temps, du zéro délai et de « l’infobésité » peut mener au burn-out, prochaine maladie du siècle.

 

Comment on entame sa Detox digitale ? 

 

Se rendre compte de son niveau de dépendance aux écrans et en connaitre les conséquences (sur les yeux, la santé, le rythme cardiaque, les émotions, la relation, le contact visuel, les relations sexuelles) permet de décider ou non de changer de manière de vivre. On  prend ainsi des mesures qui vont bousculer votre manière d’être en relation avec vous et avec les autres.

 

1/Je fais le tri sur mon mobile comme pour nettoyer ma tête 

 

D’abord j’élimine une bonne partie des pollutions visuelles : les horribles Flash Led pour les notifications et les Bips quand je reçois un texto.

Fini d’être esclave des notifications. J’en élimine 50% au moins pendant une semaine.

Je fais le tri entre les applis qui ne me servent qu’une fois par an, celles avilissantes, appauvrissantes des jeux et celles téléchargées sans raison.

 

2/Je m’offre une méditation Digital Detox

 

Après la prise de conscience de votre dépendance aux écrans et votre ressenti sur les bienfaits, je vous invite à une méditation « Digital Detox » sur l’appli Petit Bambou. Cette séance de 15 minutes va vous aider à déconnecter et prendre du temps pour vous et vous seul(e).

 

3/J’arrête le « Phubbing »

 

A partir de phone (téléphone) et de snubbing (snober, repousser) qui peut se traduire par « télésnober » .Le « phubbing » est l’acte (hélas de plus en plus fréquent) d’ignorer des personnes physiquement présentes en consultant son téléphone plutôt que de communiquer avec elles.

 

4/Je crée au bureau et à la maison une zone sans wifi

 

Eh bien oui il faut mettre un peu de ludique dans ce souhait de revenir à une relation plus équilibrée…donc chez moi, par exemple, en ce moment, on ne peut pas venir avec son téléphone dans la cuisine, c’est La « Free zone » de la semaine.

 

Jusque-là, rien de très compliqué ? Alors je fais le grand pas et j’ose la séparation avec mon téléphone ? 

 

Je me prépare un mug detox de chez Kusmi, et je laisse mon téléphone, au repos, une journée entière, dans un placard, par exemple. Je ressens le manque physique et peut être même les vibrations fantômes dans les mains. Vous pouvez prévoir un mail de réponse automatique « Bonjour je suis présent & hors connexion en ce moment, je ne pourrai pas répondre à votre demande d’ici ce soir ou demain ? Merci de votre compréhension ». Vous allez voir, vous allez y prendre goût !

Et si vraiment vous trouvez ça trop difficile de le faire seul … Retrouvez Coco Brac de la perrière qui organise des pauses digitales, des Digital detox ou des voyages intérieurs sans téléphone, rendez-vous sur

www.cocobracdelaperriere.com